• RESISTANCE ALLEMANDE - The RESTLESS CONSCIENCE

      

     


    Le film de Hava Kohav Beller La Conscience Restless, salue la mémoire des résistants allemands qui se sont levés contre le mal, en dépit du danger mortel pour eux-mêmes et leurs familles.

    La plupart d'entre eux ont été arrêtés par les nazis, ont essayé, et exécutés.


    (Voici Helmuth James von Moltke.)


    En 1981, les commentaires d'un convive eu un grand impact sur ​​la vie des New-Yorkais Hava Kohav Beller. Elle littéralement «tout laissé tomber» et les 10 années suivantes, elle a fait des voyages en Allemagne cinq et six fois par an sur une mission qu'elle admet franchement était une «obsession».

     

     



     

      

    Son objectif était d'enregistrer sur la pellicule les histoires de ceux qui ont osé défier Adolf Hitler et son Troisième Reich, dès le début de son règne en 1933 jusqu'à son suicide 12 ans plus tard.

      

    Elle a dû vendre biens, enseigner, travailler dans une galerie d'art, mener des sollicitations téléphoniques pour le Metropolitan Opera, et emprunter de l'argent pour financer le projet, qui a été rejetée pour le financement parce qu'il était considéré comme «trop controversé."

     

     

      

    Après sa sortie de l'année dernière, le film de Beller, la Conscience Restless, a été nominé pour un Academy Award, et a reçu des prix de la Fondation Petra à l'Institut américain pour les arts et la science, et de l'American Film et Video Association. Beller a également reçu le CINE Golden Eagle



    Bien qu'elle est née dans une famille juive allemande à Francfort, Beller insiste pour que ce projet n'a rien à voir avec son milieu familial depuis l'âge de dix-huit mois quand ses parents, Max Stern et Lotte Marcusy déplacés avec elle en Israël.

      

    "Mais l'idéalisme que j'ai appris en grandissant dans un kibboutz appelé Geva, au pied du Mont Gilboa, m'a donné une affinité avec les résistants.

      

    On nous a appris à être responsable pour les autres, à défendre la justice, de se battre pour ce que nous pensions était juste ".

    Grandir en Israël, sa mère n'a jamais mentionné la Shoah. Mais une fois, l'expression de sa mère parlait plus que les mots. Ce fut un événement qui est gravée dans sa mémoire.

    «Je me souviens que lorsque j'étais une fille - ans après la fin de la guerre - ma mère a reçu une lettre de la Croix-Rouge pour l'informer que sa mère avait péri à Auschwitz. Je me souviens encore de l'expression sur son visage - un de la douleur, l'horreur. C'était comme si quelque chose de terrible, très significative, était arrivé. Elle ne pleurait pas, mais la vie évacuée de son visage.

      

    Il était comme un masque de la mort. La mémoire de l'Holocauste était dans son visage. Il était très vif et il me faisait peur. Je n'ai rien dit. J'ai eu un sentiment qu'elle ne voulait pas en parler. Elle n'a pas parlé, je n'ai pas demandé. "

    Quand elle dit à sa mère sur le projet en 1981, Beller, dit sa mère "me regarda un long moment, puis dit:« J'ai essayé tant de mal à vous éloigner de tout cela. "Beller dit que sa mère a refusé de lui parler de sa vie pendant la guerre, en expliquant "les enfants ne peuvent pas percevoir leurs parents comme des personnes."

    Bien que son père l'a encouragé son cinéma, elle n'a jamais eu la chance de discuter sérieusement du projet avec lui avant sa mort en 1982, sa mère est morte en 1984.



    eller, parlant avec un accent français à consonance que dit-elle avec un rire qu'elle ne sait pas comment elle a acquis, parle d'une jeunesse innocente.

      

    «À l'adolescence, je suis allé aux États-Unis de rester avec mon père et à assister à la Juilliard School, j'ai étudié la musique, le ballet et la danse moderne."

    Beller est devenu un danseur professionnel et chorégraphe, a eu sa propre compagnie de danse à New York et a joué dans des productions de l'appartement de Zoya de Mikhaïl Boulgakov et le jeu de Steinberg With Fire-Broadway off.

    Sur le chemin, elle a épousé le Dr Alexander Beller, un psychanalyste, et ils ont eu un fils, Thomas. Leur mariage de 12 ans a été tragiquement interrompue par la mort de M. Beller.









     




    Hava Kohav Beller
    Photo © Dorothea von Haeften




    Beller fait un film pour une production multimédia qui comprenait également la danse et le théâtre.

    Sa brève course était assez réussie qu'il a incité Beller à étudier le cinéma avec Arnold Aigle à la New School for Social Research de 1979 à 1981.

    Elle rappelle que ses études en cinéma a été une expérience «merveilleuse».

    Elle dit qu'elle «a fait deux courts métrages d'étudiants avec lui [Arnold Aigle] en 1980 et a commencé un film sur les peintres expressionnistes allemands et leur contexte historique au début du XXe siècle.

    C'est alors que j'ai découvert qu'il y avait de la résistance allemande à Hitler dans les années 30 et 40 ".

     

      

    Beller, vêtu d'un gros pull et un pantalon vert, et dont les cheveux noirs a des traces de gris, dit qu'elle a appris de la résistance à un dîner au printemps 1981 de Dorothea von Haeften-Steinhardt, la femme d'un ami.

      

    À propos de son fond, Steinhardt a mentionné que son père, Hans-Bernd von Haeften, avait été pendu par les nazis pour son rôle dans la résistance allemande.



    Le ciel est tombé sur moi quand j'ai entendu cela. Je ne savais pas qu'il y avait eu un souterrain anti-nazie. [Steinhardt] a dit que son père avait été un diplomate service civil avant l'arrivée d'Hitler au pouvoir et qu'il est resté dans le bureau à l'étranger pour être plus utile à la résistance. Il faisait partie d'un groupe de civils qui ont résisté à Hitler dès le début.

      

    En essayant d'obtenir l'aide des Alliés, Angleterre et la France principalement, ils ont essayé d'arrêter Hitler avant la guerre. Après la guerre a éclaté, lui et ses amis a essayé d'arrêter la guerre et les atrocités. Il a finalement été arrêté, jugé et pendu en 1944 "

    Beller, dit-elle rapidement trouvé que peu de gens en dehors de l'Allemagne savait qu'il y avait eu une résistance, et que même les gens en Allemagne n'avait qu'une connaissance superficielle de celui-ci.

    Une fois, elle a appris que, Beller dit, elle a mis de côté son film sur les peintres expressionnistes allemands et s'est envolé pour l'Allemagne. "Je l'ai trouvé incroyable que nous ne connaissions pas la résistance et j'étais déterminé à faire un film sur elle. Peintres expressionnistes pouvaient attendre ... ».

    «C'était incroyable pour moi que personne ici ne connaissait les résistants. Ils avaient tout simplement disparu, mais ils ont fait quelque chose d'extraordinaire. Ils avaient le choix. Ils n'ont pas eu à faire ce qu'ils ont fait.

      

    Pourtant, ils l'ont fait savoir qu'ils mettaient en danger leur vie et celle de leurs familles. Il me semblait que ce n'était pas juste qu'ils ont sacrifié leur vie et si peu de gens étaient au courant. Je voulais savoir qui ils étaient, pourquoi ils ont fait ce qu'ils ont fait, quels sont les obstacles qu'ils ont dû affronter et surmonter ".

    Mais il avait été plus de 40 ans depuis la Seconde Guerre mondiale, et Beller, dit-elle savait qu'elle devait «course contre la montre» pour localiser et filmer les gens vieillissants qui étaient familiers avec les résistants.

    «Je ne connaissais personne, et je n'ai même pas parlé un mot d'allemand, mais une chose que je n'ai eu le numéro de téléphone d'un ami de mon père.

      

    J'ai pris le thé avec elle le lendemain et elle a dit, "J'ai la bonne personne pour vous." Elle pris le téléphone sur place et j'ai été invité pour le déjeuner le lendemain avec le fils d'un résistant. "Ce type de réseau a continué pendant 10 ans comme Beller cherchait des gens qui connaissaient les résistants.

    Contrairement à des mouvements de résistance en France, en Yougoslavie et ailleurs, Beller dit, résistants en Allemagne "ne pouvaient pas s'organiser en un mouvement. C'était une décision individuelle à résister.

      

    Ils ne viennent pas d'un parti politique, et ils sont venus de différents milieux sociaux et économiques. "

     

      

    Elle dit que la Gestapo (police secrète allemande) était «très efficace» dans la découverte des activités subversives. Les plupart des résistants pouvais faire était de former des "groupes lâches parce qu'il était dangereux pour les résistants de connaître l'autre. En conséquence, il y avait un grand sens de l'isolement.

      

    Le soutien qu'elle reçoit d'un groupe manquait, «Parmi les opposants les plus efficaces sont ceux qui ont demeuré actif dans le gouvernement et l'armée, car ils pourraient utiliser leurs postes de haute direction à titre de couverture, Beller souligne

     









     


    Une photographie unique de la resister Adam von Trott zu Solz, sa femme Clarita von Trott zu Solz, et leur petite fille. Il a essayé de mettre en garde les Britanniques sur la menace nazie, mais a été considéré comme un traître.


    u moment où elle a terminé le film en 1991, Beller a mené 30 entretiens avec les familles et amis des résistants - dont cinq résistants eux-mêmes.

    Les entretiens ont duré entre une et huit heures. «Il était bon pour certains d'en parler, tandis que d'autres étaient réticents à en parler. Quelques-uns ont refusé catégoriquement de parler sur le film, mais je leur ai dit que je serais de retour avec mon équipe sur telle ou telle date et quand je suis revenu, ils ont tous accepté de parler à la caméra. "

    Le film repose en grande partie sur des extraits de films d'archives et des interviews en direct de reconstruire la résistance. "Le sujet n'avait pas besoin de commentaire éditorial," dit Beller.

    L'un des commentaires les plus convaincants, c'est que faite par Axel von dem Bussche, qui à l'époque était de 18 ans officier dans le 9ème régiment d'infanterie. "Il était là quand l'armée allemande entre la Pologne, la France et la Russie", rappelle Beller. "Il a vu ce qui s'est passé et il n'a pas répondu à eux.

      

    C'était jusqu'à ce qu'il voit le massacre des Juifs en Russie. Qui le propulse dans l'action ".

    Dans l'interview, Bussche a raconté témoin des longues files d'hommes nus, les femmes et les enfants, car ils ont été conduits dans une fosse à être assassiné par SS en uniforme noir. "Et il m'a fallu un certain temps pour comprendre que l'extermination qui se passait, l'extermination des Juifs,» dit-il.

      

    «Instinctivement, je savais. . . que certains types de, harmonie traditionnelle acceptée avait été détruit. "

    Dit Beller: "Il est le Everyman - chacun d'entre nous qui ne répond pas à des choses dont nous sommes témoins. Mais pour lui, il a évolué.

      

    Il est arrivé un moment où il se devait de réagir. Il a décidé de passer à l'étape ultime - il s'est porté volontaire pour une mission suicide pour assassiner Hitler ".

    Ce n'était pas une tâche facile. Les explosifs étaient difficiles à trouver. Une bombe non explosée anglais trouvés dans un champ de bataille a été utilisé pour un explosif. Le plan prévoyait Bussche à porter la bombe sous ses vêtements tout en présentant de nouveaux uniformes d'hiver pour Hitler le lendemain. Quand Hitler arriva assez près, Bussche était de sauter sur lui et exploser la bombe.

    "Cependant, la nuit avant Hitler devait arriver, les uniformes ont été détruites par un bombardement allié et la manifestation a été annulée», dit Beller. Bussche dit dans le film qu'il lui fait encore mal qu'il ne pouvait pas arrêter les massacres. "Il est de ma responsabilité et de la culpabilité que je suis encore en vie."

    Beller souligne que les parcelles de tuer Hitler était seulement une partie de l'effort de résistance et développé seulement après qu'il est devenu clair que la machine à tuer nazie ne serait pas s'arrêter jusqu'à ce que Hitler a été assassiné.

      

    "Il y avait des efforts visant à prévenir forme arrivée de Hitler au pouvoir, et lui renverser et le traduire en justice pour violations des droits civils une fois qu'il est arrivé au pouvoir," dit-elle. "Il y avait des tentatives aussi dans les années 1930 pour éviter la guerre en obtenant la Grande-Bretagne et la France à résister à Hitler."














    Comptez-Fritz von der Schulenburg Dietlof, le commissaire de police adjoint à Berlin, sa femme Charlotte, et leurs six enfants. Von der Schulenburg a aidé Juifs à fuir l'Allemagne. Cette photo a été prise peu de temps avant il a été arrêté et exécuté.




    Autres résistants, dont le général Hans Oster dans le renseignement militaire, Peter Yorck, un fonctionnaire, juriste Hans von Dohnanyi, et le comte Helmuth James von Moltke, un avocat international, a travaillé pour obtenir les juifs d'Allemagne.

      

    Et à un moment où les églises établies offert aucune opposition officielle, pasteur luthérien et théologien Dietrich Bonhoeffer a publiquement dénoncé Hitler et prêché que le christianisme a exigé la résistance au nazisme. "Seulement si tu pleures pour les Juifs, vous n'êtes autorisé à chanter des chants grégoriens."

    Une fois que la guerre a commencé, il est de plus en plus difficile pour la résistance à fonctionner. Hans von Dohnanyi est cité comme disant,

      

    "Pour nager contre l'opinion publique dans son propre pays à l'époque de la victoire est une chose très difficile à faire."

    Mais la résistance a continué avec plusieurs résistants de travail au sein de l'Abwehr, le service allemand du renseignement militaire, et dans le bureau à l'étranger.

      

    Adam von Trott zu Solz, un fonctionnaire, a voyagé à l'étranger et a demandé à différentes nations pour aider à l'effort de résistance. Le président Franklin D. Roosevelt refusa de le voir.

    La résistance a pris fin en 1944 avec une série de simulacres de procès à Berlin, dans laquelle au moins 170 opposants ont été jugés et condamnés. La plupart de ceux présentés dans le film ont été exécutés.



    il film n'a pas été initialement reçu à bras ouverts. «Il y avait beaucoup d'opposition à ce sujet sur ​​les deux côtés de l'Atlantique," Beller dit de son film. "Il était la négation silencieuse en Allemagne, et une réticence marquée en Amérique du Nord pour faire face aux questions soulevées le film."

    Il a fallu sept ans de tournage et de dépistage "show" bobines de partisans potentiels avant que le financement a été obtenu. Le National Endowment for the Humanities fourni Beller avec son premier financement réel.

      

    Puis vint subventions de la Corporation for Public Broadcasting et la Fondation MacArthur. Mais elle est toujours en dette et espère récupérer une partie de ses dépenses grâce à la vente de cassettes vidéo, les ventes aux chaînes de télévision, et la vente de billets de cinéma.

    «Les gens sont fascinés par le mal», dit Beller, et admet sa propre fascination pour cette période de l'histoire. Elle passe beaucoup de son temps libre à lire à ce sujet, et envisage de faire un autre film.

      

    Dans le même temps, elle fait la promotion de la conscience Restless et parlant des leçons importantes qui peuvent être tirés de résistants.

    "Ils ont fait un choix moral et éthique. Les chances étaient complètement contre eux. Leurs chances de succès étaient nulles, et pourtant ils l'ont fait. Ce film est un document sur ​​les êtres humains qui se sont levés contre le mal, en dépit du danger mortel pour eux-mêmes et leurs familles. Il va au-delà de l'Allemagne et nous concerne tous ".

    Beller, dit-elle demande souvent ce qu'elle aurait fait elle a été dans les chaussures des résistants. Aurait-elle eu le courage de faire ce qu'ils ont fait? D'ailleurs, combien d'entre nous le ferait?

    «Pour moi, ce qui s'est passé pendant la Shoah est incompréhensible», dit-elle. «C'est un vide sombre. Et pourtant, je sais que les nazis étaient des êtres humains, ils ne sont pas d'une autre espèce. Cela signifie que ce mal est en nous tous.

      

      

    Il était d'une importance cruciale pour moi de trouver des gens qui se sont levés contre [ce mal], et qui a perpétué le positif dans l'esprit humain. Était pour moi essentiel. "



    il film a été diffusé aux États-Unis et dans plusieurs pays d'outre-mer. Beaucoup de survivants des camps de concentration qui l'ont vu, Beller dit, "m'ont remercié avec des larmes coulant sur ​​leurs joues. Les enfants de parents qui avaient péri dans les camps de concentration m'ont dit qu'ils ne voulaient que leurs parents avaient été là pour le voir. Les enfants de nazis sont venus me voir avec les larmes aux yeux.

      

      

    Ils avaient été profondément ému, a été secouée, et a exprimé sa gratitude. "

    En Russie, Beller dit qu'elle a été arrêté dans la rue et a remercié après le film a été montré à la télévision russe. Elle dit beaucoup de Russes "perçu comme un film anti-fasciste. Ils ont identifié avec elle, sentant que c'était sur ​​eux-mêmes et leur propre histoire difficile ».

    Après il a été diffusé en Allemagne l'année dernière, il y avait beaucoup de gens qui étaient mécontents que tout le film n'avait pas été démontré. Le film est de 113 minutes, mais la télévision allemande a édité jusqu'à 95 minutes pour entrer dans un intervalle de temps.

    «J'ai reçu beaucoup d'éloges après la projection. Je reçois encore des lettres, la plupart d'entre eux me remercier.

      

    Certains étaient des soldats allemands qui ont tenté d'expliquer pourquoi ils n'ont pas résisté. La plupart d'entre eux ont dit qu'ils étaient liés par le serment de fidélité qu'ils ont pris pour Hitler ".

    En réfléchissant sur ​​son travail, Beller dit: "Le film parle d'espoir et de ce que l'on peut faire pour se lever contre le mal. Les jeunes doivent se rendre compte de ce qui peut être fait dans l'adversité, et que même dans les moments les plus sombres, il ya toujours de la lumière ".
















    Le film de Hava Kohav Beller La Conscience Restless, salue la mémoire des résistants allemands qui se sont levés contre le mal, en dépit du danger mortel pour eux-mêmes et leurs familles.

      

    La plupart d'entre eux ont été arrêtés par les nazis, ont essayé, et exécutés.
     

      

    (Voici Helmuth James von Moltke.)


    n 1981, les commentaires d'un convive eu un grand impact sur ​​la vie des New-Yorkais Hava Kohav Beller. Elle littéralement «tout laissé tomber» et les 10 années suivantes, elle a fait des voyages en Allemagne cinq et six fois par an sur une mission qu'elle admet franchement était une «obsession».

    Son objectif était d'enregistrer sur la pellicule les histoires de ceux qui ont osé défier Adolf Hitler et son Troisième Reich, dès le début de son règne en 1933 jusqu'à son suicide 12 ans plus tard. Elle a dû vendre biens, enseigner, travailler dans une galerie d'art, mener des sollicitations téléphoniques pour le Metropolitan Opera, et emprunter de l'argent pour financer le projet, qui a été rejetée pour le financement parce qu'il était considéré comme «trop controversé."

      

    Après sa sortie de l'année dernière, le film de Beller, la Conscience Restless, a été nominé pour un Academy Award, et a reçu des prix de la Fondation Petra à l'Institut américain pour les arts et la science, et de l'American Film et Video Association. Beller a également reçu le CINE Golden Eagle.



    ien qu'elle est née dans une famille juive allemande à Francfort, Beller insiste pour que ce projet n'a rien à voir avec son milieu familial depuis l'âge de dix-huit mois quand ses parents, Max Stern et Lotte Marcusy déplacés avec elle en Israël. "Mais l'idéalisme que j'ai appris en grandissant dans un kibboutz appelé Geva, au pied du Mont Gilboa, m'a donné une affinité avec les résistants.

      

    On nous a appris à être responsable pour les autres, à défendre la justice, de se battre pour ce que nous pensions était juste ".

    Grandir en Israël, sa mère n'a jamais mentionné la Shoah. Mais une fois, l'expression de sa mère parlait plus que les mots. Ce fut un événement qui est gravée dans sa mémoire.

    «Je me souviens que lorsque j'étais une fille - ans après la fin de la guerre - ma mère a reçu une lettre de la Croix-Rouge pour l'informer que sa mère avait péri à Auschwitz. Je me souviens encore de l'expression sur son visage - un de la douleur, l'horreur. C'était comme si quelque chose de terrible, très significative, était arrivé. Elle ne pleurait pas, mais la vie évacuée de son visage.

      

    Il était comme un masque de la mort. La mémoire de l'Holocauste était dans son visage. Il était très vif et il me faisait peur. Je n'ai rien dit. J'ai eu un sentiment qu'elle ne voulait pas en parler. Elle n'a pas parlé, je n'ai pas demandé. "

    Quand elle dit à sa mère sur le projet en 1981, Beller, dit sa mère "me regarda un long moment, puis dit:« J'ai essayé tant de mal à vous éloigner de tout cela. "Beller dit que sa mère a refusé de lui parler de sa vie pendant la guerre, en expliquant "les enfants ne peuvent pas percevoir leurs parents comme des personnes."

    Bien que son père l'a encouragé son cinéma, elle n'a jamais eu la chance de discuter sérieusement du projet avec lui avant sa mort en 1982, sa mère est morte en 1984.



    eller, parlant avec un accent français à consonance que dit-elle avec un rire qu'elle ne sait pas comment elle a acquis, parle d'une jeunesse innocente. «À l'adolescence, je suis allé aux États-Unis de rester avec mon père et à assister à la Juilliard School, j'ai étudié la musique, le ballet et la danse moderne."

    Beller est devenu un danseur professionnel et chorégraphe, a eu sa propre compagnie de danse à New York et a joué dans des productions de l'appartement de Zoya de Mikhaïl Boulgakov et le jeu de Steinberg With Fire-Broadway off.

    Sur le chemin, elle a épousé le Dr Alexander Beller, un psychanalyste, et ils ont eu un fils, Thomas. Leur mariage de 12 ans a été tragiquement interrompue par la mort de M. Beller.









     




    Beller fait un film pour une production multimédia qui comprenait également la danse et le théâtre.

      

    Sa brève course était assez réussie qu'il a incité Beller à étudier le cinéma avec Arnold Aigle à la New School for Social Research de 1979 à 1981.

     

      

    Elle rappelle que ses études en cinéma a été une expérience «merveilleuse».

      

    Elle dit qu'elle «a fait deux courts métrages d'étudiants avec lui [Arnold Aigle] en 1980 et a commencé un film sur les peintres expressionnistes allemands et leur contexte historique au début du XXe siècle.

      

    C'est alors que j'ai découvert qu'il y avait de la résistance allemande à Hitler dans les années 30 et 40 ".

    Beller, vêtu d'un gros pull et un pantalon vert, et dont les cheveux noirs a des traces de gris, dit qu'elle a appris de la résistance à un dîner au printemps 1981 de Dorothea von Haeften-Steinhardt, la femme d'un ami. À propos de son fond, Steinhardt a mentionné que son père, Hans-Bernd von Haeften, avait été pendu par les nazis pour son rôle dans la résistance allemande.



    Le ciel est tombé sur moi quand j'ai entendu cela. Je ne savais pas qu'il y avait eu un souterrain anti-nazie. [Steinhardt] a dit que son père avait été un diplomate service civil avant l'arrivée d'Hitler au pouvoir et qu'il est resté dans le bureau à l'étranger pour être plus utile à la résistance. Il faisait partie d'un groupe de civils qui ont résisté à Hitler dès le début. En essayant d'obtenir l'aide des Alliés, Angleterre et la France principalement, ils ont essayé d'arrêter Hitler avant la guerre. Après la guerre a éclaté, lui et ses amis a essayé d'arrêter la guerre et les atrocités. Il a finalement été arrêté, jugé et pendu en 1944 "

    Beller, dit-elle rapidement trouvé que peu de gens en dehors de l'Allemagne savait qu'il y avait eu une résistance, et que même les gens en Allemagne n'avait qu'une connaissance superficielle de celui-ci.

    Une fois, elle a appris que, Beller dit, elle a mis de côté son film sur les peintres expressionnistes allemands et s'est envolé pour l'Allemagne. "Je l'ai trouvé incroyable que nous ne connaissions pas la résistance et j'étais déterminé à faire un film sur elle. Peintres expressionnistes pouvaient attendre ... ».

    «C'était incroyable pour moi que personne ici ne connaissait les résistants. Ils avaient tout simplement disparu, mais ils ont fait quelque chose d'extraordinaire. Ils avaient le choix. Ils n'ont pas eu à faire ce qu'ils ont fait. Pourtant, ils l'ont fait savoir qu'ils mettaient en danger leur vie et celle de leurs familles. Il me semblait que ce n'était pas juste qu'ils ont sacrifié leur vie et si peu de gens étaient au courant. Je voulais savoir qui ils étaient, pourquoi ils ont fait ce qu'ils ont fait, quels sont les obstacles qu'ils ont dû affronter et surmonter ".

    Mais il avait été plus de 40 ans depuis la Seconde Guerre mondiale, et Beller, dit-elle savait qu'elle devait «course contre la montre» pour localiser et filmer les gens vieillissants qui étaient familiers avec les résistants.

    «Je ne connaissais personne, et je n'ai même pas parlé un mot d'allemand, mais une chose que je n'ai eu le numéro de téléphone d'un ami de mon père. J'ai pris le thé avec elle le lendemain et elle a dit, "J'ai la bonne personne pour vous." Elle pris le téléphone sur place et j'ai été invité pour le déjeuner le lendemain avec le fils d'un résistant. "Ce type de réseau a continué pendant 10 ans comme Beller cherchait des gens qui connaissaient les résistants.

    Contrairement à des mouvements de résistance en France, en Yougoslavie et ailleurs, Beller dit, résistants en Allemagne "ne pouvaient pas s'organiser en un mouvement. C'était une décision individuelle à résister. Ils ne viennent pas d'un parti politique, et ils sont venus de différents milieux sociaux et économiques. "

    Elle dit que la Gestapo (police secrète allemande) était «très efficace» dans la découverte des activités subversives. Les plupart des résistants pouvais faire était de former des "groupes lâches parce qu'il était dangereux pour les résistants de connaître l'autre. En conséquence, il y avait un grand sens de l'isolement. Le soutien qu'elle reçoit d'un groupe manquait, «Parmi les opposants les plus efficaces sont ceux qui ont demeuré actif dans le gouvernement et l'armée, car ils pourraient utiliser leurs postes de haute direction à titre de couverture, Beller souligne.














    Une photographie unique de la resister Adam von Trott zu Solz, sa femme Clarita von Trott zu Solz, et leur petite fille. Il a essayé de mettre en garde les Britanniques sur la menace nazie, mais a été considéré comme un traître.


    u moment où elle a terminé le film en 1991, Beller a mené 30 entretiens avec les familles et amis des résistants - dont cinq résistants eux-mêmes.

    Les entretiens ont duré entre une et huit heures. «Il était bon pour certains d'en parler, tandis que d'autres étaient réticents à en parler. Quelques-uns ont refusé catégoriquement de parler sur le film, mais je leur ai dit que je serais de retour avec mon équipe sur telle ou telle date et quand je suis revenu, ils ont tous accepté de parler à la caméra. "

    Le film repose en grande partie sur des extraits de films d'archives et des interviews en direct de reconstruire la résistance. "Le sujet n'avait pas besoin de commentaire éditorial," dit Beller.

    L'un des commentaires les plus convaincants, c'est que faite par Axel von dem Bussche, qui à l'époque était de 18 ans officier dans le 9ème régiment d'infanterie. "Il était là quand l'armée allemande entre la Pologne, la France et la Russie", rappelle Beller. "Il a vu ce qui s'est passé et il n'a pas répondu à eux. C'était jusqu'à ce qu'il voit le massacre des Juifs en Russie. Qui le propulse dans l'action ".

    Dans l'interview, Bussche a raconté témoin des longues files d'hommes nus, les femmes et les enfants, car ils ont été conduits dans une fosse à être assassiné par SS en uniforme noir. "Et il m'a fallu un certain temps pour comprendre que l'extermination qui se passait, l'extermination des Juifs,» dit-il. «Instinctivement, je savais. . . que certains types de, harmonie traditionnelle acceptée avait été détruit. "

    Dit Beller: "Il est le Everyman - chacun d'entre nous qui ne répond pas à des choses dont nous sommes témoins. Mais pour lui, il a évolué. Il est arrivé un moment où il se devait de réagir. Il a décidé de passer à l'étape ultime - il s'est porté volontaire pour une mission suicide pour assassiner Hitler ".

    Ce n'était pas une tâche facile. Les explosifs étaient difficiles à trouver. Une bombe non explosée anglais trouvés dans un champ de bataille a été utilisé pour un explosif. Le plan prévoyait Bussche à porter la bombe sous ses vêtements tout en présentant de nouveaux uniformes d'hiver pour Hitler le lendemain. Quand Hitler arriva assez près, Bussche était de sauter sur lui et exploser la bombe.

    "Cependant, la nuit avant Hitler devait arriver, les uniformes ont été détruites par un bombardement allié et la manifestation a été annulée», dit Beller. Bussche dit dans le film qu'il lui fait encore mal qu'il ne pouvait pas arrêter les massacres. "Il est de ma responsabilité et de la culpabilité que je suis encore en vie."

    Beller souligne que les parcelles de tuer Hitler était seulement une partie de l'effort de résistance et développé seulement après qu'il est devenu clair que la machine à tuer nazie ne serait pas s'arrêter jusqu'à ce que Hitler a été assassiné. "Il y avait des efforts visant à prévenir forme arrivée de Hitler au pouvoir, et lui renverser et le traduire en justice pour violations des droits civils une fois qu'il est arrivé au pouvoir," dit-elle. "Il y avait des tentatives aussi dans les années 1930 pour éviter la guerre en obtenant la Grande-Bretagne et la France à résister à Hitler."














    Comptez-Fritz von der Schulenburg Dietlof, le commissaire de police adjoint à Berlin, sa femme Charlotte, et leurs six enfants. Von der Schulenburg a aidé Juifs à fuir l'Allemagne. Cette photo a été prise peu de temps avant il a été arrêté et exécuté.




    Autres résistants, dont le général Hans Oster dans le renseignement militaire, Peter Yorck, un fonctionnaire, juriste Hans von Dohnanyi, et le comte Helmuth James von Moltke, un avocat international, a travaillé pour obtenir les juifs d'Allemagne. Et à un moment où les églises établies offert aucune opposition officielle, pasteur luthérien et théologien Dietrich Bonhoeffer a publiquement dénoncé Hitler et prêché que le christianisme a exigé la résistance au nazisme. "Seulement si tu pleures pour les Juifs, vous n'êtes autorisé à chanter des chants grégoriens."

    Une fois que la guerre a commencé, il est de plus en plus difficile pour la résistance à fonctionner. Hans von Dohnanyi est cité comme disant, "Pour nager contre l'opinion publique dans son propre pays à l'époque de la victoire est une chose très difficile à faire."

    Mais la résistance a continué avec plusieurs résistants de travail au sein de l'Abwehr, le service allemand du renseignement militaire, et dans le bureau à l'étranger. Adam von Trott zu Solz, un fonctionnaire, a voyagé à l'étranger et a demandé à différentes nations pour aider à l'effort de résistance. Le président Franklin D. Roosevelt refusa de le voir.

    La résistance a pris fin en 1944 avec une série de simulacres de procès à Berlin, dans laquelle au moins 170 opposants ont été jugés et condamnés. La plupart de ceux présentés dans le film ont été exécutés.



    il film n'a pas été initialement reçu à bras ouverts. «Il y avait beaucoup d'opposition à ce sujet sur ​​les deux côtés de l'Atlantique," Beller dit de son film. "Il était la négation silencieuse en Allemagne, et une réticence marquée en Amérique du Nord pour faire face aux questions soulevées le film."

    Il a fallu sept ans de tournage et de dépistage "show" bobines de partisans potentiels avant que le financement a été obtenu. Le National Endowment for the Humanities fourni Beller avec son premier financement réel. Puis vint subventions de la Corporation for Public Broadcasting et la Fondation MacArthur. Mais elle est toujours en dette et espère récupérer une partie de ses dépenses grâce à la vente de cassettes vidéo, les ventes aux chaînes de télévision, et la vente de billets de cinéma.

    «Les gens sont fascinés par le mal», dit Beller, et admet sa propre fascination pour cette période de l'histoire. Elle passe beaucoup de son temps libre à lire à ce sujet, et envisage de faire un autre film. Dans le même temps, elle fait la promotion de la conscience Restless et parlant des leçons importantes qui peuvent être tirés de résistants.

    "Ils ont fait un choix moral et éthique. Les chances étaient complètement contre eux. Leurs chances de succès étaient nulles, et pourtant ils l'ont fait. Ce film est un document sur ​​les êtres humains qui se sont levés contre le mal, en dépit du danger mortel pour eux-mêmes et leurs familles. Il va au-delà de l'Allemagne et nous concerne tous ".

    Beller, dit-elle demande souvent ce qu'elle aurait fait elle a été dans les chaussures des résistants. Aurait-elle eu le courage de faire ce qu'ils ont fait? D'ailleurs, combien d'entre nous le ferait?

    «Pour moi, ce qui s'est passé pendant la Shoah est incompréhensible», dit-elle. «C'est un vide sombre. Et pourtant, je sais que les nazis étaient des êtres humains, ils ne sont pas d'une autre espèce. Cela signifie que ce mal est en nous tous. Il était d'une importance cruciale pour moi de trouver des gens qui se sont levés contre [ce mal], et qui a perpétué le positif dans l'esprit humain. Était pour moi essentiel. "



    il film a été diffusé aux États-Unis et dans plusieurs pays d'outre-mer. Beaucoup de survivants des camps de concentration qui l'ont vu, Beller dit, "m'ont remercié avec des larmes coulant sur ​​leurs joues. Les enfants de parents qui avaient péri dans les camps de concentration m'ont dit qu'ils ne voulaient que leurs parents avaient été là pour le voir. Les enfants de nazis sont venus me voir avec les larmes aux yeux. Ils avaient été profondément ému, a été secouée, et a exprimé sa gratitude. "

    En Russie, Beller dit qu'elle a été arrêté dans la rue et a remercié après le film a été montré à la télévision russe. Elle dit beaucoup de Russes "perçu comme un film anti-fasciste. Ils ont identifié avec elle, sentant que c'était sur ​​eux-mêmes et leur propre histoire difficile ».

    Après il a été diffusé en Allemagne l'année dernière, il y avait beaucoup de gens qui étaient mécontents que tout le film n'avait pas été démontré. Le film est de 113 minutes, mais la télévision allemande a édité jusqu'à 95 minutes pour entrer dans un intervalle de temps.

    «J'ai reçu beaucoup d'éloges après la projection. Je reçois encore des lettres, la plupart d'entre eux me remercier. Certains étaient des soldats allemands qui ont tenté d'expliquer pourquoi ils n'ont pas résisté. La plupart d'entre eux ont dit qu'ils étaient liés par le serment de fidélité qu'ils ont pris pour Hitler ".

    En réfléchissant sur ​​son travail, Beller dit: "Le film parle d'espoir et de ce que l'on peut faire pour se lever contre le mal. Les jeunes doivent se rendre compte de ce qui peut être fait dans l'adversité, et que même dans les moments les plus sombres, il ya toujours de la lumière ".

     
     
     
    Annuler les modifications
     
      

     

     

    "The Restless Conscience" by Hava Kohav Beller
    Interview by Stewart Ain

     

     
     
    Hava Kohav Beller's film The Restless Conscience, salutes the memory of the German resisters who stood up against evil, in spite of mortal danger to themselves and their families. Most of them were arrested by the Nazis, tried, and executed.
    (Here is Helmuth James von Moltke.)

    n 1981, the comments of a dinner guest had a great impact on the life of New Yorker Hava Kohav Beller. She literally “dropped everything” and the next 10 years she made trips to Germany five and six times a year on a mission that she frankly admits was an “obsession.”

    Her goal was to record on film the stories of those who dared to challenge Adolf Hitler and his Third Reich, from the start of his rule in 1933 until his suicide 12 years later. She had to sell belongings, teach, work in an art gallery, conduct telephone solicitations for the Metropolitan Opera, and borrow money to finance the project, which was rejected for funding because it was considered “too controversial.” After its release last year, Beller’s film, The Restless Conscience, was nominated for an Academy Award, and has received awards from the Petra Foundation at the American Institute for Arts and Science, and from the American Film and Video Association. Beller has also been awarded the CINE Golden Eagle.

     

    lthough she was born to a German Jewish family in Frankfurt am Main, Beller insists that this project had nothing to do with her family background since she was only eighteen months old when her parents, Max Stern and Lotte Marcusy moved with her to Israel. “But the idealism that I learned while growing up in a kibbutz called Geva, at the foot of Mount Gilboa, gave me an affinity with the resisters. We were taught to be responsible for others, to stand up for justice, to fight for what we believed was right.”

    Growing up in Israel, her mother never mentioned the Holocaust. But on one occasion, her mother’s expression spoke louder than words. It was an event that is seared into her memory.

    “I remember that when I was a girl – years after the war ended – my mother got a letter from the Red Cross informing her that her mother had perished in Auschwitz. I still remember the expression on her face – one of pain, horror. It looked as if something terrible, very meaningful, had happened. She didn’t cry, but life drained out of her face. It was like a mask of death. The memory of the Holocaust was in her face. It was very vivid and it frightened me. I didn’t say anything. I had a sense she didn’t want to talk about it. She didn’t talk, I didn’t ask.”

    When she told her mother about the project in 1981, Beller says her mother “looked at me a long time and then said, 'I tried so hard to keep you away from all of that.' Beller says her mother refused to tell her about her life during the war, explaining “children can’t perceive their parents as people.”

    Although her father encouraged her filmmaking, she never had a chance to seriously discuss the project with him before he died in 1982. Her mother died in 1984.

     

    eller, speaking with a French-sounding accent that she says with a laugh she doesn’t know how she acquired, talks of an innocent youth. “As a teenager, I went to the United States to stay with my father and to attend the Juilliard School, where I studied music, ballet and modern dance.”

    Beller became a professional dancer and choreographer, had her own dance company in New York and acted in off-Broadway productions of Mikhail Bulgakov’s Zoya’s Apartment and Steinberg’s Playing With Fire.

    Along the way, she married Dr. Alexander Beller, a psychoanalyst, and they had a son, Thomas. Their marriage of 12 years was tragically cut short by Dr. Beller’s death.

     
    Hava Kohav Beller
    Photo © Dorothea von Haeften
     

    Beller made a film for a multimedia production that also included dance and theater. Its brief run was successful enough that it prompted Beller to study filmmaking with Arnold Eagle at the New School for Social Research from 1979 to 1981.

    She recalls that her education in filmmaking was a “wonderful” experience. She says she “made two short student films with him [Arnold Eagle] in 1980 and started on a film about German expressionist painters and their historical context at the beginning of the twentieth century. It was then that I found out there was German resistance to Hitler in the ’30s and ’40s.”

    Beller, dressed in a large green sweater and pants, and whose dark hair has traces of gray, says she learned of the resistance at a dinner party in the spring of 1981 from Dorothea von Haeften-Steinhardt, the wife of a friend. In discussing her background, Steinhardt mentioned that her father, Hans-Bernd von Haeften, had been hanged by the Nazis for his role in the German resistance.

     

    The sky fell in on me when I heard that. I did not know there had been an anti-Nazi underground. [Steinhardt] said her father had been a civil-service diplomat before Hitler came to power and that he stayed in the foreign office to be more useful to the resistance. He was part of a group of civilians who resisted Hitler from the beginning. By trying to enlist the aid of the Allies, England and France primarily, they tried to stop Hitler before the war. After the war broke out, he and his friends tried to stop the war and atrocities. He was eventually arrested, tried and hanged in 1944.”

    Beller says she quickly found that few people outside Germany knew there had been a resistance, and that even people in Germany only had a cursory knowledge of it.

    Once she learned that, Beller says, she put aside her film about German expressionist painters and flew to Germany. “I found it incredible that we did not know about the resistance and I was determined to make a movie about it. Expressionist painters could wait….”

    “It was incredible to me that nobody here knew about the resisters. They had just disappeared, yet they did an extraordinary thing. They had a choice. They didn’t have to do what they did. Yet they did it knowing they were endangering their lives and the lives of their families. It seemed to me that it was not right that they should have sacrificed their lives and so few people knew about it. I wanted to learn who they were, why they did what they did, what obstacles they had to face and overcome.”

    But it had been more than 40 years since World War II, and Beller says she knew she had to “race against time” to locate and film the aging people who were familiar with the resisters.

    “I didn’t know anybody, and I didn’t even speak any German, but one thing I did have was the phone number of a friend of my father’s. I had tea with her the next day and she said, “I have the right person for you.” She picked up the phone on the spot and I was invited for lunch the next day with the son of a resister.” This type of networking went on for 10 years as Beller looked for people who knew resisters.

    Unlike resistance movements in France, Yugoslavia and elsewhere, Beller says, resisters in Germany “could not organize into a movement. It was an individual decision to resist. They did not come from one political party, and they came from different social and economic backgrounds.”

    She says the Gestapo (German secret police) was “very effective” in uncovering subversive activities. The most resisters could do was form “loose groups because it was dangerous for resisters to know each other. As a result, there was a great sense of isolation. The support one gets from a group was missing,” Among the most effective resisters were those who remained active in the government and the military because they could use their senior positions as cover, Beller points out.

     

     
     
    A unique photograph of the resister Adam von Trott zu Solz, his wife Clarita von Trott zu Solz, and their baby daughter. He tried to warn the British about the Nazi menace but was treated as a traitor.

    y the time she finished the film in 1991, Beller had conducted 30 interviews with the families and friends of resisters – including five resisters themselves.

    The interviews lasted between one and eight hours. “It was good for some to talk about it, while others were reluctant to speak. A few flatly refused to talk on film, but I told them that I would be back with my crew on such and such a date and when I returned, they all agreed to speak on camera.”

    The film relies heavily on archival film clips and live interviews to reconstruct the resistance. “The subject needed no editorial comment,” says Beller.

    One of the most compelling comments was that made by Axel von dem Bussche, who at the time was an 18-year-old officer in the 9th Infantry Regiment. “He was there when the German army entered Poland, France and Russia,” recalls Beller. “He saw things that happened and he did not respond to them. That was until he saw the massacre of Jews in Russia. That propelled him into action.”

    In the interview, Bussche recounted witnessing the long lines of naked men, women and children as they were led into a pit to be murdered by black-uniformed SS. “And it took me some time to understand that extermination was going on, extermination of Jews,” he said. “Instinctively I knew . . . that some kind of traditional, accepted harmony had been destroyed.”

    Says Beller: “He’s the Everyman – everyone of us who doesn’t respond to things we witness. But for him, it evolved. There came a point where he had to react. He decided to take the ultimate step – he volunteered for a suicide mission to assassinate Hitler.”

    That was not an easy task. Explosives were hard to come by. An unexploded English bomb found in a battlefield was used for an explosive. The plan called for Bussche to wear the bomb under his clothes while presenting new winter uniforms for Hitler the next day. When Hitler came close enough, Bussche was to jump at him and explode the bomb.

    “However, the night before Hitler was to arrive, the uniforms were destroyed by an Allied bombing raid and the demonstration was canceled,” says Beller. Bussche says in the film that it still pains him that he couldn’t stop the mass killings. “It is my responsibility and guilt that I am still alive.”

    Beller stresses that the plots to kill Hitler were only part of the resistance effort and developed only after it became clear that the Nazi killing machine would not stop until Hitler was assassinated. “There were efforts to prevent Hitler form coming to power, and to overthrow him and bring him to trial for civil rights violations once he came to power,” she says. “There were also attempts in the 1930s to avert war by getting Britain and France to stand up to Hitler.”

     
    Count Fritz-Dietlof von der Schulenburg, the deputy police commissioner in Berlin, his wife Charlotte, and their six children. Von der Schulenburg helped Jews escape from Germany. This photo was taken a short time before he was arrested and executed.  

    Other resisters, including General Hans Oster in military intelligence, Peter Yorck, a civil servant, jurist Hans von Dohnanyi, and Count Helmuth James von Moltke, an international lawyer, worked to get Jews out of Germany. And at a time when established churches offered no official opposition, Lutheran pastor and theologian Dietrich Bonhoeffer publicly denounced Hitler and preached that Christianity demanded resistance to Nazism. “Only if you cry for the Jews are you permitted to sing Gregorian chants.”

    Once the war began, it was increasingly more difficult for the resistance to operate. Hans von Dohnanyi is quoted as saying, “To swim against public opinion in your own country in times of victory is a very difficult thing to do.”

    But the resistance continued with several resisters working within the Abwehr, the German Military Intelligence Service, and in the foreign office. Adam von Trott zu Solz, a civil servant, traveled overseas and asked different nations to help in the resistance effort. President Franklin D. Roosevelt refused to see him.

    The resistance came to an end in 1944 with a series of show trials in Berlin in which at least 170 resisters were tried and convicted. Most of those profiled in the film were executed.

     

    he film was not initially received with open arms. “There was great opposition to this subject on both sides of the Atlantic,” Beller says of her film. “There was silent negation in Germany, and a pronounced reluctance in North America to deal with the issues the film raised.”

    It took seven years of filming and of screening “show reels” to potential supporters before funding was obtained. The National Endowment for the Humanities provided Beller with her first real funding. Then came grants from the Corporation for Public Broadcasting and the MacArthur Foundation. But she is still in debt and is hoping to recoup some of her expenses through videocassette sales, sales to television stations, and movie theater ticket sales.

    “People are fascinated with evil,” Beller says, and admits her own fascination with that period of history. She spends much of her spare time reading about it, and is considering making another film. In the meantime, she is promoting The Restless Conscience and speaking of the important lessons that can be learned from the resisters.

    “They made a moral and ethical choice. The odds were completely against them. Their chances of success were nil, and yet they did it. This film is a document about human beings who stood up against evil, in spite of mortal danger to themselves and their families. It goes beyond Germany and concerns us all.”

    Beller says she often wonders what she would have done has she been in the shoes of the resisters. Would she have had the courage to do what they did? For that matter, how many of us would?

    “For me what happened during the Holocaust is incomprehensible,” she says. “It’s a dark void. And yet I know that the Nazis were human beings, they were not another species. That means that this evil is in us all. It was crucially important for me to find people who stood up against [this evil], and who perpetuated the positive in the human spirit. That for me was essential.”

     

    he film has been shown in the United States and in several countries overseas. Many concentration camp survivors who saw it, Beller says, “thanked me with tears rolling down their cheeks. The children of parents who had perished in concentration camps told me they only wished their parents had been there to see it. The children of Nazis came to me with tears in their eyes. They had been deeply moved, were shaken up, and expressed gratitude.”

    In Russia, Beller says she was stopped on the street and thanked after the movie was shown on Russian television. She says many Russians “perceived it as an anti-fascist film. They identified with it, feeling that it was about themselves and their own difficult history.”

    After it was broadcast in Germany last year, there were many who were upset that the entire film had not been shown. The movie is 113 minutes long, but German television edited it down to 95 minutes to fit into a time slot.

    “I received a lot of praise after the showing. I’m still getting letters, most of them thanking me. Some were from German soldiers who tried to explain why they did not resist. Most of them said they were bound by the oath of loyalty they took to Hitler.”

    In reflecting on her work, Beller says: “The film is about hope and about what one can do to stand up against evil. Young people should realize what can be done in times of adversity, and that even in the darkest times there is always light.”

     

     

    « RESISTANCE ALLEMANDE - Adam von Trott zu Solz with his wife Clarita (1944)25 AOUT 1944 LIBERATION de PARIS »
    Partager via Gmail Delicious Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :