• RESEAU ARC-en-CIEL

     

    RESISTANCE

      

      

    Réseau ARC-EN-CIEL

     

    Le réseau Arc-en-Ciel est fondé en novembre 1942 à l'initiative de plusieurs agents du BCRA: docteur Raymond Baud alias "Claude Béziers", Paul Emile Fromont, étudiant en médecine à Paris, Jean Héron (31 ans en 1940,Domicile : Sarrebruck) et Jean-Albert Vouillard dit "Karl", coupé du mouvement Libération et recruté en 1943. Ce réseau de renseignement militaire travaille pour le BCRA en rapport avec

    le réseau Turma-Vengeance.

      

    Le réseau Arc-en-Ciel travaille exclusivement dans la zone Nord et se développe rapidement dans la Région parisienne, dans le Nord et en Normandie.

     

    NB Arc-en-Ciel est un des six sous-réseaux de Turma, comme indiqué dans ce livre (page 69) écrit en 1946 par François Wetterwald. (liste officielle des mouvements FFC, JO du 16 novembre 1946 )

    La tâche essentielle du réseau est la collecte de renseignements. Des informations sont ainsi rassemblées sur les mouvements de troupes ou les installations militaires comme les bases de V2.

      

    En parallèle, le réseau fait du contre-espionnage en tenant à jour les effectifs de la Gestapo.

      

    Les renseignements collectés sont transmis à Londres par pigeons-voyageurs ou par l'intermédiaire du réseau Turma-Vengeance.

     

    Pour la Normandie, dite "Zone de feu", c'est Jean Héron , alias "Jean-Claude Devaux" qui implante et anime l'organisation. Il a pour contact un roumain, nommé Grachenko, ancien des Brigades rouges.

    Secondé par Arthur Collard , Jean Héron recrute une vingtaine d'agents dans tout le département. Les liaisons avec les autres secteurs sont assurées

    par Paulette Leconte , qui centralise les renseignements et les transmet à la direction parisienne, qui les achemine à Londres.

     

    Le réseau fabrique aussi de nombreux faux papiers pour ses agents et les réfractaires au STO.

     

    En septembre 1943, un agent de la Gestapo réussit à s'infiltrer dans le réseau à Paris provoquant de nombreuses arrestations. Raymond Baud est ainsi capturé et déporté à Sachsenhausen.

      

    Paul Fromont prend sa succession sans savoir qu'un traître renseigne les services de l'Abwehr, le service de contre-espionnage de l'armée allemande.

     

    En Normandie, le réseau a perdu un soutien précieux après l'arrestation

    du docteur Pecker en mai 1942.

      

    A partir de 1943 et surtout de 1944, les arrestations dans les rangs de

    la Résistance se m

     

    ultiplient. Lucien Brière, agent français de la Gestapo, est un des principaux responsables de ces arrestations. Jean Héron demande alors l'élimination de Brière à Londres.

    Le 3 mai 1944, un commando du réseau mené par Jean Héron assassine Brière.

    Les Allemands. fous de rage, sont bien décidés à retrouver les auteurs de l'attentat et à prendre leur revanche. Celle-ci s'exercera trois semaines après. L'Abwehr, en coopération avec la Gestapo, obtient de précieux renseignements sur le réseau, grâce à la complicité d'un traître parisien, Philippe Pierret. Le 17 mai 1944, Jean-Albert Vouillard, se rendant à un rendez-vous donné par Pierret à Paris, tombe dans un traquenard. En tentant de s'échapper, il est abattu par les Allemands.

    A Caen, les services de répression allemands frappent quelques jours plus tard.

    par l'intermédiaire de deux agents français de l'Abwehr, envoyés en mission à Caen pour détruire le réseau. Dont Pierre Beudet de l'Abwehr de Lille.

      

    Les deux hommes ont pris contact avec la Gestapo de Caen, dès leur arrivée, et ont carte blanche pour remplir leur mission.

      

    Très vite, ils réussissent à prendre contact avec Raymond Pauly, un résistant peu méfiant, qui les met en relation avec certains de ses camarades. L'enquête menée sur les deux hommes est satisfaisante et Jean Héron est prêt à travailler avec eux.

    Le 22 mai 1944, Raymond Pauly, Arthur Collard et son fils Jacques sont arrêtés par les hommes de la Gestapo, renseignée par les agents infiltrés de l'Abwehr.

      

    Dans les jours qui suivent. les Allemands capturent Anatole Lelièvre ,

    Maurice Dutacq , Marcel Barjaud , Roger Veillat ,

    Yves Le Goff , Roland Postel ,

    Edouard Poisson, Madeleine Héron, Paulette Leconte femme de Jean Héron,

      

    Paul et Jeanne Leconte, la Gestapo n'ayant pu arrêter leur fille Paulette ,

      

    René Huart,

    André Lebrun (19 ans en 1940, employé de commerce -

    Organisation : Arc-en-Ciel - Domicile : Caen).

      

    Jean Héron parvient à échapper aux griffes de la Gestapo.

      

    Le 6 juin 1944. les Allemands exécutent à la prison de Caen:

      

    Roger Veillat, Yves Legoff, Roland Postel, Paul Leconte, Anatole Lelièvre,

      

    Raymond Pauly et Maurice Dutacq. Madeleine Héron et Jeanne Leconte

    sont libérées le 7 juin au matin.

      

    Les rescapés de la tuerie sont conduits à pied vers Fresnes. Arthur Collard et

    René Huart s'ajouteront aux martyrs du réseau.

    Sources

    :

    Archives de Jean Quellien.

    Cédric Neveu

     

     

    et et et .

     

     

    « Roger BASTION, résistant FORGERONMaquis et résistance, renseignements, débarquement des alliés et libération du Calvados »
    Partager via Gmail Delicious Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :