• Marie Madeleine FOURCADE, Chef de RESEAU de RESISTANCE

     

     

     

     Afficher l'image d'origine

    Marie-Madeleine Fourcade. Un chef de la Résistance

    Dans son dernier livre l'historienne Michèle Cointet, spécialiste des années 1940-45, trace le portrait d'une femme d'exception, qui demeure dans la mémoire - résistante l'une des figures emblématiques des « femmes en Résistance ».

      

     Afficher l'image d'origine

    Marie-Madeleine Fourcade, née à Marseille le 8 novembre 1909 et morte le 20 juillet 1989 à Paris, a été, pendant la Seconde Guerre mondiale en France, responsable de l'un des plus importants réseaux de résistance ayant agi pour les Britanniques.

     

     Marie Madeleine FOURCADE, Chef de RESEAU de RESISTANCE

     

     

    Issue d'une famille coloniale aisée et de tradition catholique, elle vit une partie de son enfance en Chine, puis au Maroc après avoir épousé le Capitaine Edouard-Jean Méric dont elle se séparera quelques années plus tard en quête d'indépendance.

      

    C'est dans les salons parisiens du milieu des années trente, tandis qu'outre Rhin les menaces se profilent,

    qu'elle rencontre Georges Loustaunau-Lacau, béarnais, baptisé Navarre

     

    « Il avait la carrure, la verve et la furie d'agir d'Henri IV», héros de la Grande Guerre, officier nationaliste et incorrigible comploteur, un temps exclu de l'armée dont elle va partager les passions nationalistes.

     

     

    Afficher l'image d'origine

    Marie-Madeleine Fourcade. Un chef de la Résistance

    Michèle Cointet
    Paris, Edition Perrin, 2006, 358 pages

     

      

    Après le choc de l'exode de juin 40, elle le retrouve à Vichy où se sont réfugiés « tout un petit monde vibrionnant d'ambitions, d'espoirs et de regrets » et un Maréchal de France qui fausse bien des « cartes » et étouffe les plus ardentes velléités d'insubordination.

      

    Durant cet intermède vichyssois naît l'idée d'une croisade « ...aux intentions purement patriotiques et militaires... », dont une partie des croisés seront les premiers déçus du pétainisme - pour l'essentiel des militaires peu favorables à de Gaulle - et de la personnalité de quelques uns naîtra dès décembre 1940 le réseau Alliance.

      

    Le refus de la subordination au chef de la France Libre, allié à un certain pragmatisme conduit Georges Loutaunau-Lacau à choisir l'Intelligence Service comme interlocuteur ; après son arrestation par la police de Darlan, Marie-Madeleine Méric, aider par le commandant Léon Faye, va prendre la tête d'Alliance et déployer toutes ses qualités pour en faire le plus grand et sans doute le plus efficace réseau de renseignement militaire français qui comptera

    plus de 3000 agents.

      

    Marie Madeleine FOURCADE, Chef de RESEAU de RESISTANCE

      

    C'est toute la vertu de l'auteur du livre, que d'expliquer comment par son charisme et son courage, Marie-Madeleine va s'imposer dans un milieu d'officiers très traditionalistes peu enclin au féminisme et de montrer comment cette jeune résistance souvent seule « face à la mer déchaînée » des événements prend conscience que par son action elle envoie des jeunes hommes à la mort - sur les 438 morts que comptera Alliance :

    189 n'ont pas trente ans.

      

    Sa compétence, son intuition, son sens de l'organisation et le choix qu'elle fait d'être présente en permanent sur le terrain, auprès de ses agents - dont plus du quart sont des femmes - souvent dans les pires moments, lui vaudront d'être reconnue comme le « Chef d'Alliance ».

      

    L'autre vertu de l'auteur est d'analyser les différentes missions et tâches de tous les agents de ce réseau : opérateurs radio, agents de liaison, ...etc. et à cette occasion de « sortir de la nuit, en des images brèves et lumineuses » les portraits de femmes et d'hommes souvent oubliés de l'histoire de la Résistance.

     Afficher l'image d'origine

    A son apogée Alliance peut s'enorgueillir d'avoir communiquer les renseignements qui permettront aux Anglais de gagner la bataille de l'Atlantique, d'avoir été l'une des chevilles ouvrières de l'évasion du général Giraud et de son arrivée en Afrique du Nord et d'avoir communiquer aux Alliés les renseignements qui leur permettront de détruire une grande partie les lieux où les Allemands développaient leurs armes secrètes.

      

    Printemps 1943 le réseau a grandi, parallèlement les arrestations se sont multipliées, la Résistance française, par la volonté du délégué du général de Gaulle Jean Moulin s'est structurée, le Comité français de la Libération nationale a été crée en juin à Alger et de nouveaux enjeux politiques sont apparus.

      

    Toujours jalouse de son indépendance et de celui de son réseau, qu'elle voulait strictement opérationnel et apolitique,

    c'est résignée qu'elle rejoint l'Angleterre le 18 juillet 1943, tandis qu'en France Alliance connaît une terrible hécatombe du fait de la police allemande.

      

    A l'été 44 elle fait preuve d'intelligence politique en faisant quelques premiers pas vers l'homme du 18 juin, tout en obtenant de conserver pour son réseau une certaine autonomie et retournera en France après le débarquement de Normandie pour le réactiver dans les régions encore occupées.

     

     

    Après la victoire chèrement acquise pour Alliance, elle trouvera un nouveau bonheur avec un Français libre Hubert Fourcade qu'elle avait croisé dans la Résistance, et s'investira dans le travail de mémoire de la Résistance et en particulier dans celui des femmes et des hommes de son réseau

      

    « Je voudrais qu'on ne les oubliât pas et qu'on comprît surtout quelle était la divine flamme qui les animait ».

      

    Il faut remercier l'auteur pour la biographie de cette femme admirable dont la mémoire comme pour beaucoup de femmes résistantes n'a pas souvent été honorée comme elle aurait dû l'être.

     

    Jean Novosseloff

     

     

     

    http://www.fondationresistance.org/pages/rech_

    doc/marie-madeleine-fourcade-chef-resistance_cr_lecture55.htm

     

    Alliance était un réseau de la Résistance intérieure française pendant la Seconde Guerre mondiale.

    Alliance était l'un des plus actifs réseaux de renseignement de la Résistance, avec la Confrérie Notre-Dame et,

    comptant jusqu'à 3 000 membres, le plus important des réseaux travaillant avec l'Intelligence Service britannique (IS ou MI6) sur le territoire français.

     

    Le réseau dénombre au total 438 morts sur plus de 1 000 arrestations. Chaque membre, pour préserver son identité, se vit désigner un matricule en accord avec l'IS. Puis, pour rendre plus pratique la communication entre les différentes parties, les dirigeants du réseau adoptèrent des surnoms ou pseudonymes rappelant des noms d'animaux.

     

     

    C'est pourquoi la police allemande lui a attribué

    le nom original d’Arche de Noé.

     

    Toutefois, certains groupes, agglomérés au réseau, gardèrent des pseudonymes de métier.

     

    Le colonel Edouard Kauffmann (appelé pour la cause "Manitou") créa un service de défense armée dont les membres portèrent des noms d'indiens ou de tribus indiennes..

     

     

    « Collaboration policière sous le régime de Vichy Docteur PETIOT " Docteur lucifer " »
    Partager via Gmail Delicious Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 5 Octobre 2014 à 23:43

    Bonsoir Charmante,

    décidément tu m'épateras toujours, ton bog est une véritable bibiothèque !

    je viens de parcourir encore tes autres blogs, tu es  une femme étonnante !

    Bises

    Willy

    2
    Lundi 6 Octobre 2014 à 09:14

    Bonjour Dona,

    Superbe article

    Bonne semaine

    Will

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :