• Jean-Pierre VOIDIES

     

     

      

    RESISTANCE

     

     

    SOURCES: Collection Résistance et Mémoire.

     

     

    Jean-Pierre VOIDIES (1926-1996)

      

     

    Cette frêle silhouette à l'allure de vieillard appuyé sur sa canne est un jeune homme de 19 ans, rentré depuis peu de temps du camp de Neuengamme. Alors qu'il est élève au lycée Malherbe, à Caen, Jean-Pierre Voidies qui habite rue Laumonnier fonde avec quelques jeunes de son âge: Roger Câtel, Bernard Duval , Bernard Boulot , Claude Lunois et Jean-Paul Mérouze,

    un petit groupe de Résistance rattaché au Front national.

     

     

     

    Avec beaucoup de culot, il feint d'adhérer aux Jeunesses nationales populaires, en se présentant comme un partisan de la collaboration. Il en profite pour dérober d'importants dossiers et semer une totale perturbation dans les rangs de cette organisation en propageant une série de fausses nouvelles.

           

      

     

    Ce coup d'éclat lui vaut d'être arrêté par la Gestapo, (dont Xavier Vetter dit " Walter") le 23 février 1944 avec plusieurs de ses

    camarades. Il est longuement torturé au 44 rue des Jacobins avant d'être déporté en Allemagne.

     

    Après son retour de déportation, Jean-Pierre Voidies deviendra la poétesse transsexuelle Ovida Delect.

     

    Dans ce livre Jean-Marie Girault, rend hommage au courage de son camarade aujourd'hui disparu.

     

    "En 1942-1943, l'un des camarades de 3e et de seconde de Jean-Marie Girault, Jean-Pierre Voidies, « résistant d'instinct » avait décidé de réunir quelques camarades de classe pour envisager comment ces très jeunes gens pourraient contrarier la machine de guerre allemande et la gêner. À six ou sept reprises le groupe se réunit au Jardin des Plantes. Dans ce groupe, Jean-Marie Girault se servait d'une canne-épée de la guerre de 1914-1918, pour crever les pneus de quelques véhicules ennemis garés devant les services de l'Intendance allemande (Note de MLQ: Heeresunterkunftsverwaltung), située rue Élie-de-Beaumont, près de son domicile. Le groupe se disloque et les rencontres clandestines cessent après l'arrestation de Jean-Pierre Voidies, qui, revenu de déportation, put s'engager dans une carrière d'enseignant, notamment à la Guérinière."

     

    Sources:

     

    Archives de Jean Quellien

      

    sources

    http://sgmcaen.free.fr/resistance/voidies-jean-pierre.htm

      

     

     

    et .

     

     

     

     

    « Bernard BOULOTBernard DUVAL »
    Partager via Gmail Delicious

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :