• ALPHONSE BOUDARD - Le combattant du petit bonheur

    Le combattant du petit bonheur

    Le jeune Alphonse, 19 ans à peine, habite dans le 13ème arrondissement ; il quitte l'imprimerie où il travaille pour s'enrôler dans un maquis du Centre puis remonte à Paris à la veille de l'Insurrection et rejoint un groupe de F.F.I de l'O.C.M (Organisation civile et militaire).

    Le 19 août, avec ses camarades, il tient une barricade à l'angle de la rue Saint-Séverin et du boulevard Saint-Michel; leur mission : intercepter tout véhicule allemand se dirigeant vers la Préfecture de police. Le surlendemain, 21 août, ils se déplacent à l'angle de la rue Danton, au coin de la place Saint-André des Arts, et sont équipés de bouteilles d'essence pour attaquer les chars qui descendent des Jardins du Luxembourg ; dans l'après midi ils récupèrent au cours d'une escarmouche un fusil-mitrailleur 24-29 ce qui leur vaut d'aller s'installer en batterie au cinquième étage de l'immeuble de l'angle de la rue Surger et de la rue Danton.

    De retour d'une brève promenade dans le quartier, vers 14h 30, Alphonse débouche rue Saint-André des Arts en même temps qu'un side-car allemand qui a réussi à forcer les barrages. Une rafale part de l'immeuble d'en face. Le conducteur est touché et la machine vient s'écraser contre la façade d'une boutique de naturaliste (aujourd'hui une agence bancaire).

    Le passager du side-car parvient à s'extraire de son siège et se précipite mitraillette à la main dans le couloir de l'immeuble à côté du magasin. Le gardien de la paix Joseph Lahuec est en travers de sa route et veut s'interposer. Il est abattu d'une rafale ...

    Alphonse se jette à la poursuite de l'Allemand et grimpe quatre à quatre les escaliers derrière lui ... au cinquième étage une deuxième rafale de mitraillette le stoppe net. Un F.F.I venu en renfort ne s'arrête pas à temps ... il est touché. S'engagent des tractations par l'intermédiaire d'un interprète, mais le soldat allemand ne veut pas se rendre aux "terroristes" et menace de tirer sur quiconque s'approchera .

    La Préfecture de police envoie la Brigade des gaz pour tenter de le déloger. Profitant d'un moment de calme Alphonse tire deux fois dans la direction du sixième étage et dévale à toute allure les escaliers ... le soldat réagit immédiatement ... tire ... mais le rate.

    En bas de l'immeuble il est fraîchement accueilli par son chef de groupe qui parle d'abandon de poste, de désobéissance.

    A la nuit tombée les policiers investissent les escaliers, lancent les fumigènes et montent à l'assaut ... ils ne trouveront qu'un cadavre. Le soldat allemand n'avait que dix sept ans et ne voulait pas se rendre, il s'était tiré une balle dans la tête.

     

    Joseph Lahuec, 40 ans, sous-brigadier à la 7ème compagnie de circulation de la Préfecture de police, est marié et père de trois enfants. Après une mission de récupération d'armes au Fort de Verrières le Buisson dans la matinée, il se tenait avec son groupe place Saint-André des Arts pour interdire le pont Saint-Michel. Il a été mortellement atteint à la tête.

    Sur le registre des communications téléphoniques de la salle de permanence de la Préfecture de police, on peut lire qu'à 13h15 quelqu'un a appelé pour signaler que des F.F.I ont cerné un Allemand qui s'est retranché au 6ème étage d'un immeuble de la place Saint Michel et qu'ils demandent renforts et grenades. A 14h25, on signale le décès de Joseph Lahuec et son transport au poste de secours de l'Ecole de médecine.

     

     

     

    Alphonse Boudard (1925-2000) a raconté ses aventures dans "Le combattant du petit bonheur"; il les poursuivra dans le régiment de F.F.I du colonel Fabien et nous les livrera dans "Le corbillard de Jules".

      

    SOURCES : http://www.liberation-de-paris.gilles-primout.fr/eboudard.htm

    « FFI dans le MORBIHAN SUDEDMONE ROBERT, résistante authentique du Calvados »
    Partager via Gmail Delicious

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :